Compte-rendu : « Voix et silences de « l’homme sauvage » » (Fabula)

Pour Fabula, j’ai eu le plaisir de faire le compte-rendu critique du riche recueil L’homme sauvage dans les lettres et les arts, dirigé par Sophie Duhem et Cristina Noacco.

Sophie Duhem & Cristina Noacco (dir.), L’Homme sauvage dans les lettres et les arts, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, , 2019.

J’y ai glissé quelques suggestions : la piste écoféministe pour envisager l’homme (et la femme) sylvestre, le livre Exterminate all the brutes de Sven Lindqvist (qui reprend notamment les théories racialistes du XIXe siècle pour expliquer l’idéologie qui sous-tend l’économie capitaliste de la colonisation) pour penser le glissement en contexte colonial de « l’homme sauvage » vers « le sauvage », et une référence à « Créature ratée » de Casey dont un des hypotextes est le Discours sur le colonialisme de Césaire, afin d’interroger la voix qu’on laisse à « l’homme sauvage » :

Parfois le sauvage plonge dans la démence
En rage peut réduire un humain en miettes
Mais le passage du fouet le ramène au silence…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search