03/01/2023 : Les manuscrits flamands

Toujours dans le troisième chapitre sur les seuils et la matière militaire, j’ai terminé dimanche la question des seuils des manuscrits parisiens et me plonge depuis lundi sur les seuils des10 manuscrits flamands de Froissart. Le rythme est soutenu, je vais essayer de rendre mi janvier ce chapitre comme prévu, mais c’était de toute évidence un peu court… Depuis lundi, j’ai (re)lu de la bibliographie sur les manuscrits flamands, refait un point sur le corpus et affiné le plan.

Je mets ici un point bibliographique sur le contexte de productions des manuscrits flamands de Froissart, à la fois le contexte historique et politique (la Flandres est alors bourguignonne) et le contexte historiographique (comment on écrit l’histoire à la cour de bourgogne).

Page frontispice du Livre I. Paris, BnF, Fr. 2643, f. 1r.

Le contexte de production flamand

Dans la deuxième moitié du XVe siècle, lorsque sont produit les manuscrits flamands de Froissart, les Pays Bas méridionaux étaient bourguignons. En effet, lorsque Louis de Male meurt en 1384, le comté revient à sa fille Marguerite, épouse de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne et frère du roi de France Charles V. Philippe le Hardi puis Jean sans Peur, Philippe le Bon et Charles le Téméraire étendront ensuite largement leur territoire. À la mort de Marie de Bourgogne en 1482, les Pays Bas passent à son fils Philippe le Bel puis à Charles Quint qui est à la tête de l’Empire habsbourgeois. Pendant leur règne, les ducs bourguignons cherchent surtout à centraliser l’administration, ce qui crée plusieurs conflit avec les villes flamands qui ont l’habitude d’être autonomes. Les villes de Bruges, Gand et Ypres se révoltent à plusieurs reprises. Sur le plan international, les tensions sont forte entre les liens politiques avec la France et les apports économiques avec l’Angleterre.

La production des manuscrits s’impose en Flandres dès les années 1340-1350, sous l’impulsion de Philippe le Bon qui mène une politique d’accroissement de la librairie des ducs de Bourgogne. Ses standards s’imposent dans la production de luxe : exécution sur parchemin, présentation de grand format, mise en page aérée, préférence pour la bâtarde bourguignonne, abondante illustration et reliure de qualité. Cette bibliophilie se répand dans les hautes sphères de la société bourguignonne : c’est là que l’ont trouve des commanditaires des Chroniques de Froissart (Louis de Gruuthuse pour le Paris, Fr. 2643-2646, Antoine de Bourgogne pour le Berlin Rehdiger IV). D’autres publics existent cependant, et le livre enluminé est aussi acquis par la bourgeoisie et le patriciat urbain.

La production flamande s’organise dans une région prospère, jusqu’à devenir un intense foyer artistique. Les dernières recherches en histoire de l’art ont beaucoup travaillé sur sur une cartographie de la production flamande, en différenciant les centres de production urbains. Bruges est la ville la plus importante. Il s’y développe une production à la chaîne, avec des méthodes qui visent à « accélérer le rythme de production » face à une demande croissante. Les miniaturistes s’appuient sur des livres de modèles, des carnets d’esquisses, des calques ou retracent les contours d’illustrations découpées. Les Maîtres du rinceaux d’or en particulier développent un art répétitf et conventionnel. Parallèlement, les innovateurs que sont Robert Campin, Jan Van Eyck et Rogier Van der Weyden ne sont qu’un épiphénomène.

Concrètement, dans l’atelier, le travail est partagé entre un maître, ses aides et ses apprentis. Ils gèrent plusieurs commandes à la fois et la commande peut circuler entre les ateliers. Les miniaturistes peuvent collaborer sur un même volume ; ils se connaissent dans le secteur des métiers du luxe et son mobiles. Dans les villes, les guildes ont un rôle fondamental. C’est une corporation qui contrôle la production : elle vérifie la qualité des produits, régule le marché et encadre l’échange de compétences entre les ateliers. À Bruges, la Guilde de Saint-Luc est active et bien documentée.

Bibliographie

  • Faries, Molly, éd. Making and Marketing: Studies of the Painting Process in Fifteenth- and Sixteenth-Century Netherlandish Corkshops. Turnhout, Brepols, 2006.
  • Brouquet, Sophie, et Hervé Martin. D’art et d’argent: les artistes et leurs clients dans l’Europe du Nord : XIVe-XVe siècles. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001.
  • Miniatures flamandes, 1404-1482, édité par Bernard Bousmanne et Thierry Delcourt, Paris, Bruxelle, Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque Royale de Belgique, 2011. Voir aussi l’exposition en ligne de la BnF qui synthétise les différents articles.

L’historiographie à la cour de Bourgogne

Dans le duché de Bourgogne, plusieurs types d’historiographes se côtoient. Maurice Arnoud a divisé les chroniqueurs bourguignons en trois groupes : ceux de l’historiographie traditionnelle (ce sont les auteurs des chroniques universelles ou régionales), ceux de l’historiographie « nouvelle » (ce sont les indiciaires officiels : Chastellain de 1455 à 1475, Molinet jusqu’en 1506, Jean Lemaire de Belges jusqu’en 1512, Rémy Du Puys), ceux qui sont « non subventionnés » (Monstrelet, Wavrin, Lefèvre, Mathieu d’Escouchy, Jacques du Clecq, Jean de Haynin, Olivier de La Marche, Commynes).

Ces chroniqueurs appartiennent à trois générations mais tous ne prennent la plume qu’à partir de 1440, quand le goût de l’historiographie s’implante en Bourgogne.

Voici quelques éléments sur les chroniques officielles :

  • c’est une historiographie de propagande qui a une revendication identitaire ; autour d’elle, le livre devient le support du pouvoir du prince1 ;
  • c’est une historiographie de proximité car le chroniqueur est proche des événements de son récit, voire les a vécus et en est un témoin oculaire2 ;
  • elle développe un univers de « magnificence ». Ce concept a été relevé par Warner Paravicini, dans les mots-mêmes des indiciaire3 ;
  • les chroniqueurs officiels de la cour écrivent dans un style qui a souvent été jugé pompeux, emphatique, avec de longues propositions… Selon P. Jodogne dans son article «  La rhétorique dans l’historiographie bourguignonne », les indiciaires écrivent ainsi pour se démarquer des autres chroniqueurs et viser un effet plus grand.

Pour aller au-delà de l’historiographie bourguignonne officielle, dans son article «  Narrative style in Burgundian Chronicles of the Later Middle Ages », R. Brown-Grant s’intéresse à trois historiographes bourguignons qui ont reçu moins d’attention : Monstrelet, Lefèvre et Chastelain.. Elle montre comment chacun développe « his specific rhetorical aims as an historian » (p. 276). Point intéressant pour moi : alors que Monstrelet se réfère à Froissart dans son prologue et dans le corps du texte, contrairement à lui, il efface son rôle et délègue l’autorité à des sources documentaires.

1Hemelryck, Tania van. « Qu’est-ce que la littérature … française à la cour des ducs de Bourgogne? », dans La cour de Bourgogne et l’Europe : le rayonnement et les limites d’un modèle culturel, édité par Werner Paravicini, Torsten Hiltmann, et Frank Viltart, Ostfildern: J. Thorbecke, 2013, p. 351‑59.

2Devaux, Jean. « L’historiographie bourguignonne, une historiographie aveuglante? » dans La cour de Bourgogne et l’Europe : le rayonnement et les limites d’un modèle culturel, édité par Werner Paravicini, Torsten Hiltmann, et Frank Viltart, Ostfildern: J. Thorbecke, 2013, p. 83-96.

3Ibid.

27/12/2022 : Calendrier de rédaction

Depuis 15 jours, j’ai commencé à rédiger la deuxième partie, en revoyant une énième fois mon plan. Il est désormais le suivant pour la deuxième partie :

  • Partie II : Chroniquer la guerre
    • Chapitre 3 : Les seuils et la matière militaire (sur la manière dont les prologues de Froissart et l’architecture visuelle ajoutée ensuite par les libraires oriente la matière des Chroniques, en axant plus ou moins sur les faits d’armes)
    • Chapitre 4 : La narratio de la guerre (sur la temporalité de la guerre, l’organisation des événements militaires dans le cadre chronologique de la chronique)
    • Chapitre 5 : les res gestae du reporter de guerre (sur l’ethos de Froissart en tant qu’historien par rapport à la matière militaire)

Je suis en train de rédiger le chapitre 3 et je voudrais désormais suivre le calendrier suivant, en vue de rendre début novembre.

  • Mi-janvier : chapitre 3
    • Mi-mars : chapitre 4 + revoir le chapitre 1 (c’est le premier que j’avais rédigé il y a un an et il y a des problèmes à régler)
    • Mi-mai : chapitre 5 + revoir le chapitre 1
    • Mi-juillet : chapitre 6
    • Mi-septembre : chapitre 7
    • Mi-octobre : introduction + conclusion + début des relectures
    • Mi-novembre : fin des relectures + rendu

Je ne sais pas si j’arriverai à tenir le calendrier, mais j’ai envie d’accélérer le travail, et c’est le bon moment (je n’ai pas pris de charge de cours avec la prolongation de mon contrat doctoral). Ce que j’ai mis en place pour essayer d’y arriver :

  • j’ai demandé à ma directrice de m’envoyer des mails avant chaque échéance (c’est toujours plus facile quand on sait que qqn nous attend) ;
  • je travaille 5 heures pleines par jour, en suivant la méthode pomodoro (25mn de travail/5mn de pause ; je le fais déjà régulièrement et si au départ cela peut sembler peu, dans les fait, 5h de thèse par jour c’est bien suffisant ! Je complète avec une heure ou deux de mails et autres projets) ;
  • je ne travaille pas le week-end (en vérité, j’essaie toujours de travailler le samedi et c’est toujours un échec, je suis lente et le lundi je ne me sens pas reposée…) ;
  • j’essaie d’écrire 1 à 2 pages par jour (j’ai beaucoup besoin de quantifier mon travail en temps et en pages, je m’en rend compte !) ;
  • je cours deux fois par semaine quoiqu’il arrive (c’est un autre programme de course à pied, ma vie n’est qu’une grande liste de choses à faire et à barrer pour atteindre un but plus grand).

Voilà !

Froissart écrivant (comme moi). Amiens, BM, 486, f. 1r.

14/12/2022 : Les manuscrits enluminés des Grandes Chroniques de France

J’ai commencé à travailler sur la (nouvelle) deuxième partie qui porte sur la mise en chronique de la guerre, c’est-à-dire sur la manière dont le récit de guerre s’adapte à la fois à la forme historique et aux manuscrits d’histoire. Cela implique deux types de lectures bibliographiques : un pan qui concerne l’écriture de l’histoire, un autre qui traite des manuscrits d’histoire, et notamment ceux des Grandes Chroniques de France (l’autre grand texte historique du 15e siècle) qui ont davantage été étudiées.

Voilà un premier bilan bibliographique sur les manuscrits enluminés des Grandes Chroniques de France (GCF) et, par extension, sur la peinture des manuscrits historiques.

Présentation des Grandes Chroniques de Frances

Les GCF sont une traduction française des différentes histoires écrites en latin par les moines de Saint-Denis ; elles sont diffusées à partir du 13e par les historiographes officiels des rois de France. Elles racontent d’abord l’histoire des rois de France depuis leurs origines troyennes jusqu’à la mort de Philippe Auguste en 1223, et sont ensuite amplifiées avec des additions jusqu’au règne de Charles VI dans les années 1380. Il nous reste environ 130 manuscrits, dont 75 sont plus ou moins enluminés (de 1 à plus de 400 miniatures).

Les études se sont d’abord intéressées au texte latin, considérant les GCF comme une simple traduction. D’autres chercheurs (G. Spiegel, Serge Lusignan et Nicole Pons, B. Guenée) ont ensuite étudié l’importance de la langue vernaculaire utilisée aux 13e-14e siècle : le choix du français (par rapport au latin) forge une forme littéraire distincte et correspond à une audience d’abord aristocratique, même si elle est très restreinte pendant 150 ans pour ce qui est des Grandes Chroniques (essentiellement la cour royale).

Le lien des GCF avec les Chroniques de Froissart

Ce qui m’intéresse ici, c’est surtout la mise en manuscrit des Grandes Chroniques de France au 14e et 15e siècle. Je veux comprendre les liens qu’elles entretiennent (ou non) avec les manuscrits enluminés des Chroniques de Froissart. Plusieurs éléments m’invitent à rechercher ces liens :

  • l’article « Rubricating History in Late Medieval France » de G. Croenen insiste sur les liens entre les manuscrits historiques produits à Paris au début du 15e siècle : à l’image des GCF, ils se caractérisent par « a large format, a double-column layout, and a hierarchical system of decorated and illuminated initials, rubrics, and miniatures that articulate and organise the text. » (p. 114). Plus précisément, il constate d’autres similitudes entre les manuscrits de Froissart et les GCF : le texte est structuré et divisé en « livres » ou « parties » (souvent avec des miniatures), une miniature quadripartite ouvre ces manuscrits, le livre I de Froissart est divisé en 4 partie qui suivent les règnes des rois français comme dans les GCF (p. 129) ;
  • il y a d’ailleurs des liens visuels très précis entre les miniatures quadripartites de certains manuscrits parisiens de Froissart et certains manuscrits des GCF (je ne m’étends pas dessus ici) ;
  • un manuscrit des GCF (Saint Pétersbourg, National Library of Russia, Fr. F. v. IV, 1.1-3) a été produit par Pierre de Liffol (selon G. Croenen, 3 des 5 scribes qui l’ont copié ont travaillé pour Pierre de Liffol, les trois enlumineurs ont peint presque tous les mss de Froissart liés à Pierre de Liffol (« Rubricating History… », note 49, p. 125). Il n’est pas numérisé, j’ai vu trois feuillets reproduits dans le catalogue Tamara Voronova and Andreï Sterligov, Les Manuscrits enluminés occidentaux du VIIIe Au XVIe siècle à la Bibliothèque Nationale de Russie de Saint-Pétersbourg : France, Espagne, Angleterre, Allemagne, Italie, Pays-Bas, 1996.

Historiographie des manuscrits enluminés des Grandes Chroniques de Frances

Le livre qui fait date sur les manuscrits enluminés des GCF est The Royal Image: Illustrations of the “Grandes chroniques de France”, 1274-1422 d’Anne D. Hedeman, paru en 1991. Il est complété par un ouvrage plus récent (et plus général) de 2010, intitulé Imagining the Past in France: History in Manuscript Painting, 1250-1500. En France, deux travaux universitaires ont également récemment enrichi les recherches : le mémoire Illustrer les Grandes Chroniques de France vers 1400 : le manuscrit Palais des Arts 30 de la Bibliothèque municipale de Lyon de C. Gosciniak (2015) et la thèse Itinéraires et séjours des rois d’encre. Histoire médiévale de la fortune littéraire des Grandes Chroniques de France XIIIe- XVIe siècles d’A. Brix (l’auteur a également fait paraître plusieurs articles). Le manuscrit de Jean Fouquet a aussi donné lieu à un article d’E. Inglis et « Image and Illustration in Jean Fouquet’s Grandes Chroniques de France » (2003) et à un fac-simile édité par F. Avril, M.-T. Gousset et B. Guenée, accompagné d’un appareil critique.

Pour l’instant, je m’intéresse surtout aux manuscrits parisiens des GCF de la fin du 14e-début du 15e siècle car leurs liens visuels sont clairs avec les manuscrits des Chroniques de Froissart ; je veux aussi voir ce qu’il en est de la réception du genre de la chronique par l’exemple des GCF, en voyant les liens qu’il peut y avoir avec celles des Chroniques de Froissart.

  • Anne Hedemann, Imagining the Past in France: History in Manuscript Painting, 1250-1500, 1996.

Dans son livre, A. Hedemann choisit 20 manuscrits qu’elle étudie dans l’ordre chronologique et selon leur contexte de production. Le livre m’intéresse d’abord pour la contextualisation de ces manuscrits, mais aussi parce qu’il met en avant les miniatures frontispices. C’est cet aspect que je veux retenir :

a) le ms Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève, 782 a été commandité v. 1274 par les moines de Saint Denis pour présenter à Philippe III, qui a succédé à son père Louis IX en 1270. Le cycle iconographique s’ouvre par une miniature quadripartite qui montre la prise de Troie en 4 scènes (Priam envoyant Paris, Paris sur mer vers la Grèce, son armée capturant Hélène au temple de Vénus, les Troyens repartant avec leur prix). Il y a aussi une première initiale ornée dans laquelle un moine présente sa chronique au roi. Dès le premier manuscrit enluminé, les origines troyennes des rois français sont donc affirmées dans une miniature quadripartite.

Paris, Bibl. Saint-Geneviève, ms. 782, f. 2v. Source : Initiale – IRHT.

b) produit avant 1375, le Paris, BNF, 2813 est une commande de Charles V qui fait amplifier les Grandes Chroniques avec son règne et celui de son père. Il incorpore l’histoire d’une nouvelle branche des capétiens (les Valois) dans l’histoire officielle des rois français, à un moment où la couronne anglaise remet en question leur légitimité. Dans ce manuscrit, la miniature frontispice correspond à différents niveaux à celle de plusieurs manuscrits enluminés des Chroniques de Froissart (je ne développe pas ici les similitudes). Le programme iconographique du Paris, BnF, 2813 a eu une grande influence : on retrouve la même miniature dans d’autres manuscrits royaux (Paris, BnF, Fr. 10135) et non royaux (Paris, BnF, Fr. 17270 ; non numérisé mais je l’ai vu à la BnF).

Paris, BnF, Fr. 2813, f. 4r.
Paris, BnF, Fr. 10135, f. 3r.
Paris, BnF, Fr. 17270, f. 2v.

Ce dernier manuscrit me semble particulièrement intéressant parce que, selon la notice de F. Avril, il a appartenu à Tanguy du Chastel, qui était également le possesseur du Paris, BnF, Fr. 2663 des Chroniques de Froissart… qui contient lui aussi un frontispice quadripartite dont les deux médaillons du registre inférieur sont étonnement très proches des médaillons supérieurs des frontispices précédents ! Clairement, il y a un même modèle avec (en vrac, c’est largement à développer) : une navigation avec une femme à gauche (ici Isabelle de France la mère d’Édouard III) et le siège d’une ville à droite (ici Bervich), un arbalétrier qui recharge au premier plan, un soldat qui tient un bouclier à visage humain (comme dans le Fr. 2813)…

Paris, BnF, Fr. 2663, f. 6r.

Je ne pense pas que le Fr. 17270 ou un autre manuscrit ait influé la commande du Fr. 2663, mais je pense que lorsque Louis II d’Anjou a commandité le Fr. 2663 pour l’offrir à Tanguy du Chastel, il connaissait non seulement le frontispice royal du Fr. 2813, mais il comptait aussi sur le fait que Tanguy du Chastel le reconnaisse (notamment par son exemplaire qui en reprenait la miniature) et assimile alors le texte de Froissart aux manuscrits luxueux des Grandes Chroniques de France. Utiliser ce frontispice, c’était affirmer la nature du présent : un manuscrit historique luxueux.

c) Le manuscrit Paris, BnF, Fr. 2608 a été produit pour Charles VI après qu’il soit devenu roi selon A. D. Hedeman ; il a été produit à Paris mais le style des illustrations est caractéristique de l’enluminure pragoise des années 1390 et peut être attribué à un maître bohémien venu travailler à Paris (selon la notice de Archives et Manuscrits). On y trouve aussi une miniature frontispice quadripartite en lien avec la guerre de Troie (débarquement des Grecs à Troie ; siège de Troie ; couronnement de Pharamond ; bataille entre les Francs et les Romains, symbolisant la chute de l’empire et la suprématie de la royauté française, mettant en lumière l’ancienneté et la noblesse des Francs et leur suprématie sur l’empire (cf. M.-H. Tesnière, dans Trésors de la Bibliothèque nationale…, cat. 33)). Le fait qu’il y ait désormais le couronnement d’un roi montre comment le frontispice quadripartite est malléable et a pu être modifié au fil des manuscrits : c’est aussi le cas dans les manuscrit des Chroniques de Froissart, où deux scènes sont modifiées (peut-être pour mettre en avant l’auteur et le roi de la prouesse, Édouard III).

d) deux autres manuscrits reprennent une miniature quadripartite en ouverture mais il ne s’agit plus de la guerre de Troie (Paris, BnF, Fr. 2604 ; New York, M.536).

  • Imagining the Past in France: History in Manuscript Painting, 1250-1500, éd. E. Morrison et A. Dawson Los Angeles: J. Paul Getty Museum, 2010.

Ce catalogue accompagne une exposition qui a eu lieu au Getty Museum ; il se concentre sur les manuscrit enluminés français produit entre 1250 et 1500 – même s’il a existé des manuscrits latins d’histoire enluminés, il y en a moins qu’en français. Le but est de comprendre comment se lient le texte français et son interprétation en images.

Le volume s’intéresse aux manuscrits d’histoire à partir de 1250 parce que c’est à partir de ce moment que la demande de mss en langue vernaculaire explose, en particulier pour ce qui est des romans et des histoires. A partir de 1325, les artiste se spécialisent en manuscrits à sujet sacré (bibles, psautiers, livres d’heures…) ou séculier (roman, histoire).

Entre 1250 et 1325, il y a une période de flottement et d’inventivité : les artistes, habitués à peindre des sujets pieux, doivent adapter leurs modèles aux textes narratifs en français. C’est cette période d’entre-deux qu’E. Morrison étudie dans son article «  From Sacred to Secular : The Origins of History Illumination in France ». L’autrice montre que les artistes commencent par utiliser ce qu’il connaissent, l’initiale historiée, qu’il compartimentent jusqu’à faire naître les miniatures à plusieurs compartiment. Elle montre aussi comment les miniatures pleines pages des psautiers sont adaptées et divisées pour les manuscrits séculiers.

A partir de 1325, un format traditionnel des mss séculiers a été établi : des miniatures d’une colonnes indiquent les parties majeures du texte, illustrant souvent un événement du début du chapitre ; ces images sont dessinées à partir d’un stock de patternes (bataille, livraison de lettre, scène d’amour) qui peut être facilement insérée (p. 22)

  • Coline Gosciniak, Illustrer les Grandes Chroniques de France vers 1400 : le manuscrit Palais des Arts 30 de la Bibliothèque municipale de Lyon (2015)

Selon l’autrice, le manuscrit Lyon, BM, P.A. 30 est un manuscrit produit dans le contexte parisien du début du 15e siècle. Il a pour modèle (même éloigné) le manuscrit Paris, Fr. 2813 de Charles V. Son travail m’intéresse pour la datation du manuscrit et pour les comparaisons (rapides) qu’elle fait entre les scènes de bataille qui y sont peintes avec plusieurs autres de mss des Chroniques de Froissart produits dans le même contexte.

  • Antoine Brix, Itinéraires et séjours des rois d’encre. Histoire médiévale de la fortune littéraire des Grandes Chroniques de France XIIIe- XVIe siècles (j’ai pu en prendre connaissance mais la thèse est encore à paraître)

Je ne m’étendrai pas sur la thèse d’A. Brix – l’auteur me l’a transmise avant sa parution imminente, mais je dois rester discrète. Ce qui m’a intéressée dedans, ce n’est pas tant le contenu sur les GCF que la démarche de l’auteur qui cherche à comprendre, dans sa deuxième partie, comment l’ouvrage a été diffusé et reçu (en distinguant la diffusion qui implique de prendre en compte des canaux et réseaux de circulation des manuscrits, et réception qui s’intéresse aux idées et pratiques du lecteur ; il en parle déjà dans un article). Pour cela, A. Brix passe par l’étude des librairies, celle du prologue du texte qui envisage un lecteur idéal, il se réfère à d’autres textes qui mettent en scène une réception aurale des chroniques. Les manuscrits de luxe, en effet, ont d’abord été des objets dont la simple présence avait un sens ; ils ont sans doute aussi parfois été lus à haute voix devant un public. De ces lectures-performances, des interventions de l’auditoire, il ne nous reste rien : ce ne sont pas les manuscrits de prestige qui sont annotés. C’est un constat que j’avais déjà dressé pour les Chroniques de Froissart, mais je pense que je pourrai aller un peu plus loin avec le prisme de la guerre que j’ai choisi : le récit de guerre tel que Froissart le fait, je crois, est un récit qui vient mettre en ordre le réel chaotique de la guerre de Cent Ans, en suivant des schémas connus du lectorat-auditoire ; sa lecture vient conforter la noblesse dans ce qu’elle a été, dans ce qu’elle est, et dans ce à quoi elle aspire. La lecture des passages de bataille devait sans doute susciter des émotions communes que je voudrais développer : la peur et l’admiration face aux exploits (registre épique), la tristesse des morts (registre pathétique), le rire devant les scènes de transvestisme et de ruse pour prendre une ville (registre comique). Toutes ces émotions étaient partagées et contribuaient sans à souder un groupe social.

10/12/2022 : Bilan des apports de G. Croenen

(Je n’ai rien posté la semaine dernière. J’ai été malade et mourante depuis mon retour de Rome, et je reprends vie peu à peu…)

Durant mon travail, j’ai la chance d’avoir reçu beaucoup de conseils et de suggestions de la part de G. Croenen, qui est sans doute la personne qui connaît actuellement le mieux la tradition manuscrite des Chroniques de Froissart. Je l’ai rencontré à un colloque la semaine dernière, et il m’a transmis un très grand nombres de références bibliographiques : je voudrais ici faire le point sur ces différents éléments, pour pouvoir lui répondre un mail intelligent.

  • La découverte de deux manuscrits des Livres II et III des Chroniques de Froissart dans les collections flamandes, qui seraient LA CONTINUATION DE LA RÉDACTION DE ROME (c’est-à-dire qui seraient la dernière version du texte de Froissart, qui a de toute évidence passé sa vie à réécrire ses Chroniques). Dans les manuscrit retrouvés, le début du Livre II (et/ou la fin du Livre I j’imagine) est manquant, le scribe, la langue, la page sont les mêmes que pour le manuscrit du Vatican que j’ai vu il y a quelques semaines. Dans le petit monde froissardien, c’est révolutionnaire. Il faudrait faire une nouvelle thèse pour pouvoir éditer ce texte, et je me contenterai de dire que je connais l’existence de ces manuscrits dans la mienne, mais je ne ne pourrai pas les exploiter plus précisément. La notice est ici et G. Croenen avait annoncé sa découverte dans un twitt en août 2020. (Cela me conforte dans l’idée qu’il me faudrait un compte Twitter scientifique, mais cela prend tellement de temps en plus, et j’ai l’impression que cela me ferait travailler en permanence…)
  • Dans la liste de mss enluminés du Livre I donnée par A. Varvaro dans son article « Per una filologia integrata… » (1991), il n’y a pas d’autres manuscrits que le Clumber Park et celui du cardinal d’Amboise ; celui qu’il appelle le manuscrit W est le Austin, 48 (à confirmer, je ne suis pas sûre d’avoir bien retenu!).
  • Des questions d’édition (j’ai conscience que c’est absolument incompréhensible quand on ne connait pas la tradition textuelle des Chroniques de Froissart, mais cela touche à un problème majeur de la littérature médiévale : qu’est-ce qu’un texte médiéval ? quelle édition citer ? laquelle est la plus proche de la version auctoriale ? pourquoi cette question n’est pas forcément pertinente ? ). Pour être plus proche de la version auctoriale (ce que je veux dans une partie de mon travail), il vaut mieux que j’utilise l’édition de la SHF pour citer la rédaction B (et la rédaction ordinaire B) du Livre I. C’est ce que j’ai fait, OUF. En revanche, il vaudrait mieux que j’utilise les BnF, ms. fr. 2655 et Bruxelles, KBR, II 2552 pour les parties auctoriales de la rédaction A et… j’ai utilisé le manuscrit de Besançon (parce qu’il avait le mérite d’être entièrement transcrit sur The Online Froissart, contrairement aux deux autres manuscrits). Faut-il que je change ? J’ai posé la question.
  • Des références bibliographiques :
    1. Sur l’incunable d’Harvard (qui a été vendu depuis) : Ethel Burnet Clark, ‘Chronicles of Froissart at Dumbarton Oaks’, Gazette des Beaux-Arts, 6e série, 32 (1947), 129-142. (d’ailleurs, sur les incunables de Vérard, les mss Fr. 2668-2672 sont la base textuelle ; pour le livre III, il suivrait P50?)
    2. Une référence très récente sur la bataille de Crécy : Michael Livingston, Crécy Battle of Five Kings (2022)
    3. Sur un ms des Grandes Chroniques de France qui a été produit par Pierre de Liffol (Saint-Pétersbourg, National Library of Russia, Fr. F. v. IV, 1.1-3) : Tamara Voronova and Andreï Sterligov, Les Manuscrits enluminés occidentaux du VIIIe au XVIe siècle à la Bibliothèque Nationale de Russie de Saint-Pétersbourg, 1996. Je viens de le consulter : il y a une miniature quadripartite qui ouvre le premier volume pour laquelle on reconnaît clairement le Maître de Giac (le modelé des visages, les silhouette), une autre miniature dont on reconnait le style du Maître de Boèce (la manière de poser les couleurs, les architectures). Je reviendrai sur ce manuscrit la semaine prochaine.
    4. La reproduction des miniatures du ms du cardinal d’Amboise (désormais dans une collection privée) ; contrairement à L. Le Guay, j’ai réintégré ce ms dans mon corpus pour voir ce que deviennent les Chroniques à la fin du 15e dans un contexte français : Eberhard König, Groβe Buchmalerei zwischen Rouen und Paris : der Froissart des Kardinals Georges d’Amboise aus der Sammlung des Fürsten Pückler-Muskau  (Rotthalmünster: Antiquariat Tenschert, 1994) (NB : le livre est la bibliothèque de l’IRHT au campus Condorcet)
    5. La thèse de Dirk Schoaners : sur la traduction en néerlandais des Chroniques de Froissart ; l’auteur a décrit le programme iconographique du manuscrit qui, apparemment, se trouve aussi dans des manuscrits français (qui, eux, m’intéressent). Je dois lire un de ses articles et lire sa thèse.
    6. La thèse de Valentina Mazzei : c’est une édition et une étude du Livre I du manuscrit Besançon, 864 (donc la rédaction « A »). Je lui écris pour savoir si son travail est disponible.

Semaine du 17/11/2022-24/11/2022 : Etc.

Cette semaine, j’ai vu de l’antique, du baroque, du classique, rien ou presque de médiéval. J’ai visité le Palais Colonna, la galerie Borghese, la crypte de la basilique Saint-Clément-du-Latran avec un mithraeum. Et c’est si agréable de voir des choses dont on ne connaît pas bien le contexte ! Je n’ai pas de commentaires intéressants à faire, en revanche.

Je voudrais juste me rappeler à quel point j’ai été glacée par les représentations esthétisantes des violences sexuelles à la galerie Borghese. Des thèmes bibliques et antiques qui n’ont rien d’original : le tableau de Susanne et les vieillards, les statues de l’enlèvement de Proserpine et la course de Daphné déjà à moitié transformée en laurier (Le Bernin). Ces statues, surtout, sont magnifiques, et leur beauté repose sur la peur des femmes dans les yeux, les mains des hommes sur leur corps, le mouvement de fuite. Je ne sais pas exactement ce que je regarde.

Gerrit van Honthorst, Susanne et les vieillards, 1655.
Le Bernin, Pluton enlevant Proserpine, 1621-1622. Source : Wikipédia.
Le Bernin, Apollon poursuivant Daphné, 1622-1625.

En regardant rapidement sur internet, au retour, je vois qu’il y a eu en 2021, au Musée des Offices de Florence, à l’occasion de la journée contre les violences faites aux femmes, une exposition particulière du buste de Costanza, la maîtresse du Bernin : jaloux, il l’avait faite défigurer par son domestique. Le buste a été exposé aux côté de portraits d’autres femmes défigurées par leur compagnon. Je ne sais toujours par exactement ce que j’ai regardé à la galerie Borghese, mais je commence à avoir une idée.

Semaine 17/11/2022-24/11/2022 : Le plan

Je suis encore à Rome cette semaine et tout est passé si vite ! Honnêtement, je n’ai pas beaucoup travaillé sur ma thèse. J’ai repris le cours de ma rédaction en commençant la deuxième partie… et je me suis rendue compte que mon plan ne tenait pas la route. Je m’explique : depuis un en environ, mon plan est le suivant :

  • Partie I : La poétique de la guerre
    • Chapitre 1 : Les mots de la guerre (sur les mots qui désigne le concept guerre mais aussi la paix, les types de batailles (siège, bataille maritime, bataille rangée…), les mouvements entre les batailles…)
    • Chapitre 2 : Le style de la bataille (sur le schéma type que suit un récit de bataille)
  • Partie II : La temporalité de la guerre
    • Chapitre 3 : Le début et la fin de la guerre
    • Chapitre 4 : Temps de la guerre, temps de l’histoire
    • Chapitre 5 : Le rythme de la guerre : stagnation et accélération
    • Chapitre 6 : Le récit au passé des « guerres nouvelles »
  • Partie III : La rhétorique au service de l’idéologie de la guerre
    • Chapitre 7 : Une idéologie nobiliaire
    • Chapitre 8 : Idéologie chevaleresque, idéologie sociale ?
    • Chapitre 9 : Les femmes dans la guerre : un outil rhétorique
    • Chapitre 10 : L’ethos du reporter de guerre
  • Partie IV : La réception de la guerre
    • Chapitre 11 : Les « beaux faits d’armes » : une matière attractive au XVe siècle
    • Chapitre 12 : Question de rythme : lecture fragmentaire, lecture linéaire
    • Chapitre 13 : Question de mode : les « lisans et escoutans » du récit de guerre

La première partie est rédigée (même si je dois encore revoir beaucoup de chose dans le premier chapitre, et faire des transitions), et je m’attaque à la deuxième. Et là, drame : je me rends compte que j’ai un défaut de méthodologie, parce que je ne parviens pas à allier le texte et sa mise en page dans cette partie ; en y réfléchissant, je me suis aussi rendue compte que je n’y arriverais pas vraiment pour la troisième partie. Tout ce que j’ai à dire sur la mise en page passe dans la quatrième partie…

J’avais deux solutions : soit faire deux parties qui ne traiterait que du texte de Froissart (et l’assumer en introduction), soit basculer les éléments de la Partie IV dans ces deux parties. J’ai choisi la deuxième possibilité, et je suis en train de remanier mon plan… et c’est compliqué ! Le nouveau plan que j’ai, encore inabouti, est le suivant (la première partie reste la même) :

Partie II : Chroniquer la guerre : Dans cette partie remaniée, je veux insister sur le fait que malgré les différentes influences génériques dans l’écriture de la guerre, Froissart inscrit bien son texte dans le cadre du genre historique (et en particulier le sous genre de la chronique, mais la distinction avec l’histoire ou les annales n’est pas pertinente pour la fin du Moyen Âge). Cela implique deux principes, selon la définition qu’Isidore de Séville donne de l’histoire (« Historia est narratio rei gestae » dans Etymologies, I, 41) : a) les Chroniques sont un récit chronologique (naratio) b) qui rend compte de véritables événements (« rei gestae »).

Je ne veux donc plus simplement me concentrer sur la temporalité du récit, mais sur son ordre et sur la manière dont il est présenté comme vrai.

Ça, c’est pour ce qui concerne la définition de l’histoire dans le texte. Mais je pars aussi du principe que les manuscrits d’histoire ont eux aussi des caractéristiques particulières que les éditeurs développent dans la mise en page. J’importe donc de la Partie IV tout ce qui concerne la division du texte (en livres, en chapitres), et je traiterais sans doute aussi du lien entre les programmes iconographiques des Chroniques de Froissart et ceux des Grandes Chroniques de France : ces éléments d’organisation du texte font des manuscrits des Chroniques de Froissart des manuscrits d’histoire. Ensuite, j’importe de la Partie III tout ce qui concerne l’ethos de l’auteur, pour le traiter la question de la vérité.

Cela donne les chapitres suivants :

Chapitre 3 : La narratio de la guerre

Chapitre 4 : Les res gestae de la guerre

Pour ce qui est de la troisième partie, je voudrais traiter de l’utilisation du récit de guerre (au niveau du texte de Froissart) et des manuscrits de guerre. Il s’agirait surtout de question de rhétorique et d’idéologie : les Chroniques confortent la classe sociale nobiliaire en tant qu’objet mémoriel de luxe, mais aussi dans la performance de la lecture. Je fonds donc ici ensemble ce qu’il reste des parties III et IV.

Je ne suis pas encore très satisfaite de mon plan, mais j’ai commencé à écrire l’introduction de la Partie II, en espérant que les choses deviendraient plus claires en écrivant. Je me rends aussi compte que mon sujet de texte pose des questions génériques : la guerre est racontée dans différents genres, et une des questions est de distinguer ce qui tient de chaque genre et ce fait du récit de guerre un récit hybride par essence. La réflexion sur les genres textuels m’amène aussi à penser, pour la partie III, la question de la définition du genre d’un texte par sa réception (et non par ses caractéristiques internes).

Semaine 10/11/2022-16/11/2022 : Etc.

Cette semaine, à côté de la thèse, il y a eu beaucoup de conversations avec les autres boursier.e.s de l’École Française de Rome. En vrac, voilà ce que je voudrais retenir :

  • L’« histoire orale » développée en France par Florence Descamps. Le compte-rendu de son dernier ouvrage Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel est ici : https://www.cairn.info/revue-annales-2019-3-page-810.htm. Le livre traite à la fois de la méthodologie pour constituer des archives orales et des problématiques historiographiques et épistémologiques spécifiquement françaises. Certaines notions du livre pourraient m’être utiles pour ma thèse : si Froissart n’a pas d’enregistreur pour capter les témoignages, il met bien en scène des témoignages oraux de la guerre dans le Livre III.

Le silence des sources. En ce moment, je suis entourée d’antiquisant.es. Une question émerge souvent : comment faire l’histoire de minorités quand la mémoire qu’on a conservée est celle des puissants ? Sans doute parce que je travaille sur Froissart, qui écrit sur des hommes nobles ,et pour des hommes nobles, j’ai l’impression d’être coincée : je ne croise pas, ou si peu, par exemple, de femmes. Il y en a quelques unes, mais je vais en faire un chapitre sur la manière dont Froissart utilise les personnages féminins pour soutenir son idéologie de la guerre, mais ce ne sera pas un chapitre sur les personnages féminins en tant que sujet. Avec la source que sont les Chroniques, je ne peux pas faire grand-chose de plus. Mais je crois qu’il y a deux possibilités pour contourner ce silence des sources :

  1. trouver de nouvelles sources (je pense aux journaux des jeunes filles au 19e siècle qu’on n’étudiait pas avant, apparemment, et qui permet d’accéder à leur intimité ; j’en avais entendu parler sur France Culture il y a longtemps)
  2. mettre en lien les sources que l’on a à grande échelle, avec de nouveaux outils Évidemment, il faut y penser mieux, mais à défaut d’y penser bien pour l’instant, j’y pense souvent.

Pourquoi je fais de la recherche en littérature. Je me rends compte que je n’ai pas besoin d’aimer mon corpus de recherche :je n’aime pas les passages de batailles dans les Chroniques de Froissart (je ne sais pas si je dois en avoir honte, en tout cas j’évite généralement de le dire !). Ce que j’aime, c’est comprendre comment un texte fonctionne, et pourquoi, à l’époque, on a pu l’aimer autant. Une fois que j’ai compris le mécanisme d’un texte, souvent, je l’aime bien, mais c’est secondaire. Tout le monde n’a pas cette approche en littérature. Beaucoup ont besoin d’aimer leur corpus, de le trouver beau, de juger qu’il a de la valeur. Moi je ne sais pas si les Chroniques de Froissart ont de la valeur, je ne me le suis jamais demandé : je cherche à comprendre pourquoi on lui en a attribué. C’est ainsi que j’aborde mes recherches, mais pas la vulgarisation scientifique. Les textes que je choisis d’étudier pour Actuel Moyen Âge, l’édition des Lais de Marie de France : là, je choisis des textes qui me plaisent, qui me parlent, qui ont selon moi de la valeur. Ce sont des textes que je veux transmettre et faire entrer dans le canon littéraire. C’est intéressant pour moi de voir la manière dont j’ai scindé mon rapport à la littérature médiévale. Je ne crois pas qu’il y ait un bon rapport ou un mauvais, et il est évident qu’aimer un texte n’enlève pas la scientificité avec laquelle on va l’étudier. J’aimerais faire des recherches sur des choses qui ont de la valeur pour moi et que je veux transmettre, et en même temps, la recherche prendrais un autre enjeu, plus intime, que je trouve parfois compliqué à appréhender.

Juste deux références en plus : l’association Musé.e.s qui vise à sensibiliser aux problématiques féministes et valoriser les initiatives existantes dans la sphère muséale (elles ont fait un guide) ; le livre Que faire du passé : réflexions sur la cancel culture de P. Vesperini (l’auteur est helléniste, et je suis curieuse de ce qui se dit chez les antiquisant.e.s – je vois déjà plutôt bien ce qui s’en dit en littérature moderne…).

Semaine 10/11/2022-16/11/2022 : La bibliothèque vaticane et le corpus de manuscrits

J’ai commencé cette semaine en allant voir à la Vaticane les deux volumes sur lesquels j’avais travaillé la semaine dernière. Le bilan est mitigé : ce ne sont pas des observations qui bouleversent mes recherches, mais elles serviront sans doute pour des sous parties précises de la Partie IV.

Le manuscrit de la Rédaction de Rome contient donc les notes d’un lecteur du 15e siècle. Toutes avaient en fait été transcrites par G. T. Diller, mais j’ai pu clarifier certains mots. La plupart des notes attirent l’attention sur des événements anglais, mais je me demande si trois d’entre elles, qui attirent l’attention sur des batailles, sont d’une autre main, avec une écriture plus ample… A confirmer, je dois voir des manuels de paléographie pour identifier clairement si les mains sont différentes.

L’incunable VcBA 11010220 est le même que le Vélin 746 de la BnF, mais sans les peintures (et les deux derniers feuillets manquent). A la place des miniatures, il y a toujours les titres de chapitre. Le fait qu’il n’y ait pas de gravures (qui auraient pu être sous les peintures) est intéressant parce que cela implique que la réception du volume était d’abord orientée uniquement par le titre, la table des matière et les titres courants (c’est-à-dire dans l’optique de faire des Chroniques un récit des des rois et peuples d’Europe, comme je l’avais vu la semaine dernière). Je n’apprends donc rien, mais il fallait vérifier le contenu de l’incunable de la Vaticane. J’ai aussi relevé quelques marques de lecture, mais je n’y vois pour l’instant pas d’intérêt particulier.

Voilà donc pour la première partie de la semaine ; j’ai ensuite écrit un morceau de mon introduction dans lequel je présente mon corpus de manuscrits. Cela qui m’a permis de faire le point sur tous mes manuscrits : une partie a été produits au début du 15e siècle à Paris, une autre partie dans la deuxième moitié du 15e siècle en Flandres, puis s’ajoute un groupe hétérogène d’« autres manuscrits ». Parmi eux, le petit groupe de manuscrits pro-français de la fin du 15e siècle m’intéresse particulièrement, et j’ai choisi d’ajouter au corpus le manuscrit du cardinal d’Amboise qui date du 15e siècle mais qui est lui aussi produit dans un contexte pro-français. Il me reste 4 problèmes de manuscrits :

  • je n’ai pas la miniature restante du manuscrit Bern, Cod. A11-15 ; j’ai écrit à la bibliothèque qui pourra m’en fournir une reproduction (il faut que je demande des sous au labo) ;
  • je n’ai pas non plus les deux premières pages du manuscrit Hanovre XXVII, 1584 P. III et P. IV ; selon le catalogue, il y a une miniature de combat au début du Livre IV ; j’ai écrit à la bibliothèque ;
  • je n’ai pas accès au manuscrit du Château de La Roche-Mailly, je dois appeler la mairie de la ville ;
  • je n’ai pas trouvé d’information sur le manuscrit 132 de Darmstadt ; vus la miniature d’ouverture et le classement du texte dans l’édition de la SHF, je pense qu’il s’agit d’un manuscrit flamand.

Pour tous ces éléments, j’ai aussi écrit à un chercheur qui travaille sur les manuscrits de Froissart, mais j’ai toujours peur de déranger les gens et/ou de montrer que je suis terriblement en retard à ce stade de mon travail de thèse. Mais je prends sur moi.

Semaine 02/11/2022-09/11/2022 : Etc.

A côté de ma thèse, j’ai du mal à ne pas faire autre chose, ce que j’appelle des « etc. ».

La thèse c’est un travail de longue haleine, pour lequel on a souvent peu de retour, et quand on en a, ce sont souvent des conseils/critiques pour améliorer le travail, rarement des félicitations. A la fin de la thèse, il semble bien y avoir un moment gratifiant, où l’on annonce dans un mail étonnamment froid pour la grandeur de la tâche, que ça y est, c’est fini, et on prie les gens de bien vouloir nous informer avant une date précise s’ils pourront venir au pot de thèse. Mais avant la fin, peu de moments de gloire en vérité (du moins pour moi !). Je crois que c’est normal parce que les professeur.es sont d’abord là pour nous guider vers le mieux, que les colloques sont surtout l’occasion de présenter une recherche pointue sans qu’il y ait toujours de spécialiste de notre travail, ou encore que les bourses d’études sont si limitées qu’on nous dit souvent « non ». Et puis il y a sans doute des gens qui ont plus besoin d’encouragements et de félicitations que d’autres, et j’en suis !

Bref, je fais aussi beaucoup autre chose à côté de la thèse parce que ce sont des projets généralement plus courts, qui permettent de travailler avec d’autres gens, et pour lesquels ont a des retours positifs (ou des critiques constructives) beaucoup plus rapides. Dans les « etc. » autour de Froissart, cette semaine, il y a eu :

  • pour Actuel Moyen Âge, la reprise d’un entretien avec Clovis Maillet sur son livre Les genres fluides. De Jeanne d’Arc aux saint.e.s trans paru en 2020. L’auteur m’a envoyé ses réponses et j’ai écrit le thread Twitter qui accompagne la parution de l’article. Le sujet, particulièrement actuel, m’a un peu stressée dans l’écriture du thread (ou plutôt : je voulais bien faire, pour ne pas blesser et pour ne pas dire n’importe quoi). J’ai vraiment adoré le faire, et je suis vraiment très contente qu’on puisse publier cet entretien. Je suis toujours, aussi, un peu plombée par les commentaires réactionnaires, mais le fait de publier en groupe, sous le nom Actuel Moyen Âge, aide à passer outre.
  • Pour l’association Questes, la relecture de deux articles scientifiques pour une journée d’étude que l’on doit publier.
  • Pour le séminaire «Langue, Culture, Numérique » coordonnée par M. Candea et B. Melançon, j’ai créé ce blog Hypothèse qui doit en être la validation.

Voilà pour les autres choses. Cela prend beaucoup moins de place qu’au début de ma thèse où je m’étais lancée dans des projets plus importants (l’organisation d’un séminaire, l’écriture d’une édition parascolaire des Lais de Marie de France, un épisode de podcast…), parce que j’essaie de mettre en place des règles pour les « etc. » et arriver à dire NON :

  • il faut que le projet soit payé, surtout si c’est pour un organisme au but commercial (déjà, ça permet de trier drastiquement) ;
  • si le projet n’est pas payé, il faut qu’il remplisse une ligne de CV que je n’ai pas encore faite (par exemple, je n’ai jamais été invitée dans une émission ou un podcast, et j’aimerais avoir cette expérience et mieux connaître ce milieu : si on me propose, j’accepterai) ;
  • les gens avec lesquels je fais le projet sont aussi importants que le projet lui-même (en d’autres termes : j’essaie au maximum de ne pas travailler avec des gens avec lesquels je ne partage pas les mêmes méthodes de travail et avec qui le contact est difficile).

Il y aurait sans doute d’autres règles, mais ce sont celles que j’applique et qui suffisent, pour l’instant, à me laisser suffisamment de temps pour ma thèse !

Semaine 02/11/2022-09/11/2022 : Préparer l’analyse de volumes des Chroniques de Froissart

Je commence ici une série de billets qui concernent plus directement mes recherches doctorales.

En ce moment, je suis Rome dans le cadre d’une bourse mensuelle avec l’École Française de Rome. C’est vraiment un cadre idéal pour le travail recherches : on est logé.es place Navonne en plein centre, on travaille à la bibliothèque de l’École dans le Palais Farnèse, on touche une bourse de 1000 euros dont est décompté le logement. Les gens sont franchement sympas, et on mange bien. J’ai fait mon marché à côté du Cirque Maxime et couru le long du Tibre. Le plus dur est de doser entre le travail et la vie romaine : doux problème, donc.

La première série de billets de thèse que je vais écrire concerne donc la raison de mon séjour à Rome : je dois voir deux volumes des Chroniques de Froissart à la Bibliothèque vaticane, un manuscrit et un incunable. Tous deux témoignent, chacun à leur manière, de la réception du texte au XVe siècle. Je voudrais les intégrer dans la quatrième partie de ma thèse qui porte sur la diffusion des Chroniques au XVe siècle, après la mort de Froissart.

Cette semaine, j’ai donc préparé ma visite en bibliothèque. En allant voir un manuscrit, je me pose toujours 3 questions :

  • Qu’est-ce que je vais voir ? (c’est-à-dire qu’est-ce que la critique en a déjà dit ?)
  • Pourquoi je vais le voir ? (quelle place aura ce livre dans ma thèse ?)
  • Comment je vais le voir ? (qu’est-ce que je ferai, concrètement, devant le volume ?)

(Je garde aussi toujours en tête le manuel que j’avais consulté pour voir mon premier manuscrit seule : Lire le manuscrit médiéval. Observer et décrire, et le document que l’IRHT nous avait transmis pour le stage d’initiation au manuscrit médiéval)

Voici donc ces éléments pour les deux volumes :

  • Le manuscrit Reg. Lat. 869

État de la recherche :

Ce manuscrit est l’unique exemplaire de la troisième (et ultime) version du premier Livre des Chroniques. Après un dernier voyage en Angleterre en 1395, le Froissart modifie largement ses rédactions précédentes pour rendre compte avec nostalgie d’une noblesse idéale.

Appelé Rédaction de Rome, le texte de ce manuscrit a été copié au plus tard en 1410 (d’après le filigrane du papier). Il a été édité par G. T. Diller en 1972 (avec une description codicologique en introduction) et a été étudié d’un point de vue littéraire. La critique, cependant, en a omis l’aspect matériel : peu de chercheurs se sont interrogés sur les notes marginales du manuscrit. G. Croenen note que « these additions have been partly and inaccurately transcribed »1 par G. T. Diller dans son article « La dernière rédaction du Premier Livre des Chroniques de Froissart. Une étude du Reg. Lat. 869 »2. Dans cet article, G. T. Diller constate en effet que les lecteurs anciens et modernes ont mis des annotations ; il distingue au moins quatre catégories d’écriture étrangères à celle du scribe :

  1. Des résumés ou rubriques et, de la même encre, un numérotage en haut des folios en chiffres romains, de I à CLII (dans une encre plus pâle que celle du texte, une écriture cursive du XVe siècle souvent difficile à lire)
  2. La signature « Pa. Petauius » (premier possesseur connu qui était un bibliophile renommé (1568-1614)) en bas du premier folio, des notations marginales accompagnées de traits verticaux des deux côtés des marges et de soulignements de nombreux passages, quelques lettres isolées retracées sur les premiers folios, et un numérotage des paragraphes du manuscrits, allant de « Ch. 1 » jusqu’à « Ch. 47 » (f. 33) où cette écriture s’arrête.
  3. Le sceau de Pie IX en bas des f. 1r et 152v, un numérotage en bas des folios en chiffres arabes formés de caractères d’imprimerie, de 1 à 152, et à côté du sceau pontificale du premier folio, la cote actuelle, « 869 Regina »
  4. Des notes d’éditeur de la main du copiste de Kervyn de Lettenhove, Bertolotti (f. 121v et f. 123) et des chiffres arabes correspondants à l’édition de Kervyn

G. T. Diller a aussi transcrit les « apostilles marginale » de type 1) et 2).

Le manuscrit a été numérisé par la bibliothèque vaticane.

Mon but :

Je m’intéresse aux notes 1) du XVe siècle qui ont été relevées par G. T. Diller. Je voudrais vérifier et compléter leur transcription pour, dans un deuxième temps, les interpréter.

Ma manière de procéder :

1) transcrire et compléter toutes les notes de type 1) de Diller

2) identifier le passage à côté duquel elles sont inscrites (en m’aidant le l’édition imprimée)

3) vérifier qu’il s’agit de la même main en regardant la formation de chaque lettre et la formation de groupe de lettres

4) une fois chez moi, interpréter les annotations

Pour ce manuscrit, qui est numérisé, la visite a en vérité moins d’enjeu pour la transcription, mais le voir pour l’envisager comme image-objet que l’on manipule au moment de la lecture reste important.

  • L’incunable VcBA 11010220 d’Antoine Vérard

État de la recherche :

Quand on découvre comme moi le champ de recherche des premiers imprimés et du libraire parisien Antoine Vérard, la thèse de L.-G. Bonicoli, La production du libraire-éditeur parisien Antoine Vérard (1485-1512) : nature, fonctions et circulation des images dans les premiers livres imprimés illustrés (2015), est un trésor3.

Selon L-G. Bonicoli, quatre profils de chercheurs se sont déjà intéressés au libraire :

– des collectionneurs et bibliophiles français ;

– des bibliothécaires et archivistes anglo-saxons qui rédigent des catalogues d’incunables précis et complets, par exemple J. Macfarlane ;

– des littéraires à partir des années 1980 : M.-B. Winn et sa monographie Anthoine Vérard. Parisian Publisher, 1484-1512. Prologues, Poems ans Presentations, 1997 ; le numéro de la revue Le Moyen Français de 2011, les articles d’I. Fabri-Tehranchi ;

– des historien de l’art sous l’angle de l’attribution fondée sur une analyse stylistique ; ils se basent sur les livre d’heures (Geneviève Souchal, Isabelle Delaunay, Ina Nettekoven).

Qui était donc cet Antoine Vérard, qui a produit le premier imprimé des Chroniques de Froissart ? On ne sait rien sur l’activité de Vérard avant la publication de ses plus anciennes éditions répertoriées (en 1485). Selon M.-B. Wi,,, il pourrait avoir été libraire avant d’avoir été éditeur. Il se considère comme auteur des livres qu’il produit, a une clientèle très diversifiée qu’il connaît bien, il connaît parfaitement les manuscrits. Il a un lien avec la cour de France (il a notamment produit des livres d’heures pour Charles VIII). On ne sait pas exactement quand il cesse son activité : il est mort en 1514 quand sont publiées les Chroniques de Saint-Denis. C’est sans doute sa veuve, Germaine Guyart, qui a continué à publier au nom de son mari.

Antoine Vérard a aussi produits des manuscrits enluminés. Dans son article «  Louenges » envers Louise : un manuscrit enluminé d’Anthoine Vérard pour Louise de Savoie » de 2007, M.-B. Winn les rappelle : les Heures de Charles VIII (Madrid, BN, Vit.24-1), un autre livre d’Heures sans doute destiné à Charles VIII dans une collection privée, une Vie de Nostre Dame, le manuscrit Paris, (BNF, Fr. 985), et le Paris, BNF, Fr. 2225 qui fait l’objet de l’article. Elle ajoute aussi une version des Matines de la Vierges (note 10) et des manuscrits identifié par G. Duval (note 6). Selon L.-G. Bonicoli cependant, ces derniers ne reposent que sur une proximité iconographique et stylistique qui n’est pas probante. Quoiqu’il en soit, dans tous ces manuscrit, Antoine Vérard affirme sont identité par différentes marques (sauf celui des Matine de la Vierge où il y a malgré tout un Prologue).

Parmi les imprimés produits par Vérard, il y a des volumes de luxe, imprimés sur parchemin. Les Chroniques de Froissart appartiennent à ce groupe de « manuscrits-imprimés » de luxe. Selon M.-B. Winn,ce sont des « in-folio tomes, printed in bâtarde type and heavily illustrated » (p. 31). Ils imitent le format, le « layout » et la « type-face » des manuscrits littéraires populaires dans l’aristocratie. On peut les prendre pour leur modèles, en particulier quand ils sont imprimés sur vélin et peints à la main. Ils sont faits pour attirer les nobles mais aussi, et peut-être d’abord, « le public fortuné des parlementaires et des gens de finance qui ont envie de constituer une collection de livres apparemment semblables aux manuscrits appartenant aux classes auxquelles ils veulent s’identifier » (Dominique Coq, « Les incunables », Histoire de l’édition française. Le livre conquérant, p. 189). Ces volumes comportent des miniatures peintes qui peuvent être incorporés différemment : il peut y avoir une gravure plus ou moins recouverte de peinture et servir de « canevas », la gravure peut avoir été poncée pour que l’artiste peigne librement à son emplacement, ou les miniatures peuvent être directement peintes au desus des titres des chapitre, qui sont alors réécrits à la main dans la marge (Bonicoli, p. 75sq ; Winn, p. 35).

Enfin, le volume de la vaticane correspond à la la première édition imprimée des Chroniques (sous la côte 10406 dans le Gesamtkatalog der Wiegendrucke) ; on en trouve d’autres exemplaires peints, sur vélin et papier, à la Bibliothèque Nationale de France mais l’exemplaire de la Bibliothèque Vaticane n’est pas mentionné dans le dernier catalogue établi par L.-G. Bonicoli4. Bien qu’il s’agisse de livres imprimés, tous les volumes d’une même édition ne sont pas identiques et le nombre de miniatures varie.

Mon but :

Si je suis plutôt à l’aise avec le manuscrit précédent, l’incunable produit par Antoine Vérard me panique un peu. J’ai beaucoup lu dessus cette semaine, et peut-être perdu du temps pour un livre qui constituera un excursus dans la quatrième partie de ma thèse… Mais j’avais, avant de venir à Rome, une intuition sur ce livre (= j’étais complètement obsédée par ce livre), et j’avais envie de la suivre. Je m’explique.

Alors que Froissart a été considéré comme un auteur pro-anglais pendant tout le XVsiècle, l’existence des manuscrits pro-français à la fin des années 1400 m’a étonnée. J’ai consulté les Fr. 5006 et Fr. 20356-20357 de la Bibliothèque Nationale de France (le premier a servi de modèle au second) dont les programmes iconographiques et les titres courants mettent en valeur les rois français ; ils comportent les armes « d’or à la tête de more de sable tortillée d’argent accompagné de trèfles de sinople » de Besançon du Plessis5. Pour l’instant, je n’ai pas trouvé d’informations plus précises sur la famille Besançon du Plessis, mais il y en a sur la famille du Plessis sur le site des archives de l’Indre : les armoiries ne sont pas les mêmes, mais ce sont des gens dans l’entourage de Louis XI, Charles VIII, Louise de Savoie, qui sont des commanditaires d’Antoine Vérard. Premier indice.

Deuxième indice qui m’amène à considérer l’incunable des Chroniques produit par Antoine Vérard : dans ses notices, F. Avril apparente les miniatures au style du Maître d’Antoine Vérard (qui est en fait le Maître de Jacques de Besançon).

C’est là que je m’emballe un peu : j’ai très envie que ces manuscrits aient été produits par Antoine Vérard (ou du moins que le Fr. 5006 ait été annoté par lui pour faire ensuite copier et enluminer le Fr. 20357). J’ai aussi très envie que, sous l’impulsion d’Antoine Vérard, ou du moins dans son cercle, que la mise en page et la lecture des Chroniques soit devenue pro-française.

Disons le immédiatement, j’ai déjà des contre-indices :

– si Antoine Vérard a bien produit des manuscrits avant de produire des imprimés, il y a toujours fait voir une marque personnelle… et il n’y a aucune marque dans les Fr. 5006 et surtout Fr. 20356-20357. Évidemment les marques d’un libraire ne sont pas systématiques, mais le personnage semble y être particulièrement sensible.

– j’ai rapidement regardé cette semaine le programme iconographique d’un autre imprimé des Chroniques par Antoine Vérard, le premier volumes, le Vélin 746, et… les images ne sont clairement pas pro-françaises.

Mais le Vélin 746 n’est pas inintéressant pour autant dans la réception des Chroniques ! La page de titre, les intertitres et la miniature pleine page qui ouvre le volume donnent des indices sur la réception/diffusion des Chroniques à Paris à la fin du Moyen Âge : tous semblent converger vers l’idée que les Chroniques sont un texte qui raconte l’histoire de rois, reines et peuples de différents territoires. La guerre, contrairement à la plupart, manuscrits enluminés, n’est plus le thème central mis en avant. Il faut encore que je termine ce travail, mais voilà l’intuition que j’ai pour l’instant, et avec laquelle j’aborde un nouvel incunable des Chroniques, le VcBA 11010220 de la Vaticane.

Ce que je veux regarder :

1) L’appareil péritextuel (page de titre, titres courants, rubriques)

2) Les miniatures et le passage auquel elles correspondent

3) La rédaction du prologue (il y a des prologues différents selon la rédaction du Livre I)

4) Toutes les éventuelles marques supplémentaires

1Godfried Croenen, « Rubricating History in Late Médieval France », dans Vernacular Manuscript Culture 1000-1500, E. Kwakkel (dir.), Leiden, Leiden University Press, 2018, n°27, p. 116

2 Dans Le Moyen Âge, 76, 1970, p. 94-95

3Il me l’a très gentiment transmise il y a quelque moi, et le rapport du jury est disponible ici

4Dans le catalogue qui accompagne sa thèse, l’auteur mentionne les exemplaires suivants : Paris BnF : Rés. Fol. La¹³. 1 (1-3) ; Rés. Fol. La¹³. 1 (1 et 4) ; Rés. Vélins 743-746 ; Rés. Vélins 747-748 (voir Louis-Gabriel Bonicoli, La production du libraire-éditeur parisien Antoine Vérard (1485-1512) : nature, fonctions et circulation des images dans les premiers livres imprimés illustrés, Université Paris Ouest (thèse d’histoire de l’art sous la direction de Jean-Pierre Caillet), 2015). L’exemplaire de la Bibliothèque Vaticane n’est pas non plus mentionné dans Mary Beth Winn, Anthoine Vérard: Parisian Publisher 1485-1512, Genève, Droz, 1997.

5La description est fait par l’IRHT à partir du manuscrit Paris, Arsenal 3680, f. 3 (https://www.persee.fr/doc/rht_0073-8204_1956_num_4_1955_938), reprise sur la base de donnée « Bibale » (https://bibale.irht.cnrs.fr/2178 ). Le nom est aussi sur la fiche de F. Avril.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search