Semaine du 17/11/2022-24/11/2022 : Etc.

Cette semaine, j’ai vu de l’antique, du baroque, du classique, rien ou presque de médiéval. J’ai visité le Palais Colonna, la galerie Borghese, la crypte de la basilique Saint-Clément-du-Latran avec un mithraeum. Et c’est si agréable de voir des choses dont on ne connaît pas bien le contexte ! Je n’ai pas de commentaires intéressants à faire, en revanche.

Je voudrais juste me rappeler à quel point j’ai été glacée par les représentations esthétisantes des violences sexuelles à la galerie Borghese. Des thèmes bibliques et antiques qui n’ont rien d’original : le tableau de Susanne et les vieillards, les statues de l’enlèvement de Proserpine et la course de Daphné déjà à moitié transformée en laurier (Le Bernin). Ces statues, surtout, sont magnifiques, et leur beauté repose sur la peur des femmes dans les yeux, les mains des hommes sur leur corps, le mouvement de fuite. Je ne sais pas exactement ce que je regarde.

Gerrit van Honthorst, Susanne et les vieillards, 1655.
Le Bernin, Pluton enlevant Proserpine, 1621-1622. Source : Wikipédia.
Le Bernin, Apollon poursuivant Daphné, 1622-1625.

En regardant rapidement sur internet, au retour, je vois qu’il y a eu en 2021, au Musée des Offices de Florence, à l’occasion de la journée contre les violences faites aux femmes, une exposition particulière du buste de Costanza, la maîtresse du Bernin : jaloux, il l’avait faite défigurer par son domestique. Le buste a été exposé aux côté de portraits d’autres femmes défigurées par leur compagnon. Je ne sais toujours par exactement ce que j’ai regardé à la galerie Borghese, mais je commence à avoir une idée.

Semaine 10/11/2022-16/11/2022 : Etc.

Cette semaine, à côté de la thèse, il y a eu beaucoup de conversations avec les autres boursier.e.s de l’École Française de Rome. En vrac, voilà ce que je voudrais retenir :

  • L’« histoire orale » développée en France par Florence Descamps. Le compte-rendu de son dernier ouvrage Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel est ici : https://www.cairn.info/revue-annales-2019-3-page-810.htm. Le livre traite à la fois de la méthodologie pour constituer des archives orales et des problématiques historiographiques et épistémologiques spécifiquement françaises. Certaines notions du livre pourraient m’être utiles pour ma thèse : si Froissart n’a pas d’enregistreur pour capter les témoignages, il met bien en scène des témoignages oraux de la guerre dans le Livre III.

Le silence des sources. En ce moment, je suis entourée d’antiquisant.es. Une question émerge souvent : comment faire l’histoire de minorités quand la mémoire qu’on a conservée est celle des puissants ? Sans doute parce que je travaille sur Froissart, qui écrit sur des hommes nobles ,et pour des hommes nobles, j’ai l’impression d’être coincée : je ne croise pas, ou si peu, par exemple, de femmes. Il y en a quelques unes, mais je vais en faire un chapitre sur la manière dont Froissart utilise les personnages féminins pour soutenir son idéologie de la guerre, mais ce ne sera pas un chapitre sur les personnages féminins en tant que sujet. Avec la source que sont les Chroniques, je ne peux pas faire grand-chose de plus. Mais je crois qu’il y a deux possibilités pour contourner ce silence des sources :

  1. trouver de nouvelles sources (je pense aux journaux des jeunes filles au 19e siècle qu’on n’étudiait pas avant, apparemment, et qui permet d’accéder à leur intimité ; j’en avais entendu parler sur France Culture il y a longtemps)
  2. mettre en lien les sources que l’on a à grande échelle, avec de nouveaux outils Évidemment, il faut y penser mieux, mais à défaut d’y penser bien pour l’instant, j’y pense souvent.

Pourquoi je fais de la recherche en littérature. Je me rends compte que je n’ai pas besoin d’aimer mon corpus de recherche :je n’aime pas les passages de batailles dans les Chroniques de Froissart (je ne sais pas si je dois en avoir honte, en tout cas j’évite généralement de le dire !). Ce que j’aime, c’est comprendre comment un texte fonctionne, et pourquoi, à l’époque, on a pu l’aimer autant. Une fois que j’ai compris le mécanisme d’un texte, souvent, je l’aime bien, mais c’est secondaire. Tout le monde n’a pas cette approche en littérature. Beaucoup ont besoin d’aimer leur corpus, de le trouver beau, de juger qu’il a de la valeur. Moi je ne sais pas si les Chroniques de Froissart ont de la valeur, je ne me le suis jamais demandé : je cherche à comprendre pourquoi on lui en a attribué. C’est ainsi que j’aborde mes recherches, mais pas la vulgarisation scientifique. Les textes que je choisis d’étudier pour Actuel Moyen Âge, l’édition des Lais de Marie de France : là, je choisis des textes qui me plaisent, qui me parlent, qui ont selon moi de la valeur. Ce sont des textes que je veux transmettre et faire entrer dans le canon littéraire. C’est intéressant pour moi de voir la manière dont j’ai scindé mon rapport à la littérature médiévale. Je ne crois pas qu’il y ait un bon rapport ou un mauvais, et il est évident qu’aimer un texte n’enlève pas la scientificité avec laquelle on va l’étudier. J’aimerais faire des recherches sur des choses qui ont de la valeur pour moi et que je veux transmettre, et en même temps, la recherche prendrais un autre enjeu, plus intime, que je trouve parfois compliqué à appréhender.

Juste deux références en plus : l’association Musé.e.s qui vise à sensibiliser aux problématiques féministes et valoriser les initiatives existantes dans la sphère muséale (elles ont fait un guide) ; le livre Que faire du passé : réflexions sur la cancel culture de P. Vesperini (l’auteur est helléniste, et je suis curieuse de ce qui se dit chez les antiquisant.e.s – je vois déjà plutôt bien ce qui s’en dit en littérature moderne…).

Semaine 02/11/2022-09/11/2022 : Etc.

A côté de ma thèse, j’ai du mal à ne pas faire autre chose, ce que j’appelle des « etc. ».

La thèse c’est un travail de longue haleine, pour lequel on a souvent peu de retour, et quand on en a, ce sont souvent des conseils/critiques pour améliorer le travail, rarement des félicitations. A la fin de la thèse, il semble bien y avoir un moment gratifiant, où l’on annonce dans un mail étonnamment froid pour la grandeur de la tâche, que ça y est, c’est fini, et on prie les gens de bien vouloir nous informer avant une date précise s’ils pourront venir au pot de thèse. Mais avant la fin, peu de moments de gloire en vérité (du moins pour moi !). Je crois que c’est normal parce que les professeur.es sont d’abord là pour nous guider vers le mieux, que les colloques sont surtout l’occasion de présenter une recherche pointue sans qu’il y ait toujours de spécialiste de notre travail, ou encore que les bourses d’études sont si limitées qu’on nous dit souvent « non ». Et puis il y a sans doute des gens qui ont plus besoin d’encouragements et de félicitations que d’autres, et j’en suis !

Bref, je fais aussi beaucoup autre chose à côté de la thèse parce que ce sont des projets généralement plus courts, qui permettent de travailler avec d’autres gens, et pour lesquels ont a des retours positifs (ou des critiques constructives) beaucoup plus rapides. Dans les « etc. » autour de Froissart, cette semaine, il y a eu :

  • pour Actuel Moyen Âge, la reprise d’un entretien avec Clovis Maillet sur son livre Les genres fluides. De Jeanne d’Arc aux saint.e.s trans paru en 2020. L’auteur m’a envoyé ses réponses et j’ai écrit le thread Twitter qui accompagne la parution de l’article. Le sujet, particulièrement actuel, m’a un peu stressée dans l’écriture du thread (ou plutôt : je voulais bien faire, pour ne pas blesser et pour ne pas dire n’importe quoi). J’ai vraiment adoré le faire, et je suis vraiment très contente qu’on puisse publier cet entretien. Je suis toujours, aussi, un peu plombée par les commentaires réactionnaires, mais le fait de publier en groupe, sous le nom Actuel Moyen Âge, aide à passer outre.
  • Pour l’association Questes, la relecture de deux articles scientifiques pour une journée d’étude que l’on doit publier.
  • Pour le séminaire «Langue, Culture, Numérique » coordonnée par M. Candea et B. Melançon, j’ai créé ce blog Hypothèse qui doit en être la validation.

Voilà pour les autres choses. Cela prend beaucoup moins de place qu’au début de ma thèse où je m’étais lancée dans des projets plus importants (l’organisation d’un séminaire, l’écriture d’une édition parascolaire des Lais de Marie de France, un épisode de podcast…), parce que j’essaie de mettre en place des règles pour les « etc. » et arriver à dire NON :

  • il faut que le projet soit payé, surtout si c’est pour un organisme au but commercial (déjà, ça permet de trier drastiquement) ;
  • si le projet n’est pas payé, il faut qu’il remplisse une ligne de CV que je n’ai pas encore faite (par exemple, je n’ai jamais été invitée dans une émission ou un podcast, et j’aimerais avoir cette expérience et mieux connaître ce milieu : si on me propose, j’accepterai) ;
  • les gens avec lesquels je fais le projet sont aussi importants que le projet lui-même (en d’autres termes : j’essaie au maximum de ne pas travailler avec des gens avec lesquels je ne partage pas les mêmes méthodes de travail et avec qui le contact est difficile).

Il y aurait sans doute d’autres règles, mais ce sont celles que j’applique et qui suffisent, pour l’instant, à me laisser suffisamment de temps pour ma thèse !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search