03/01/2023 : Les manuscrits flamands

Toujours dans le troisième chapitre sur les seuils et la matière militaire, j’ai terminé dimanche la question des seuils des manuscrits parisiens et me plonge depuis lundi sur les seuils des10 manuscrits flamands de Froissart. Le rythme est soutenu, je vais essayer de rendre mi janvier ce chapitre comme prévu, mais c’était de toute évidence un peu court… Depuis lundi, j’ai (re)lu de la bibliographie sur les manuscrits flamands, refait un point sur le corpus et affiné le plan.

Je mets ici un point bibliographique sur le contexte de productions des manuscrits flamands de Froissart, à la fois le contexte historique et politique (la Flandres est alors bourguignonne) et le contexte historiographique (comment on écrit l’histoire à la cour de bourgogne).

Page frontispice du Livre I. Paris, BnF, Fr. 2643, f. 1r.

Le contexte de production flamand

Dans la deuxième moitié du XVe siècle, lorsque sont produit les manuscrits flamands de Froissart, les Pays Bas méridionaux étaient bourguignons. En effet, lorsque Louis de Male meurt en 1384, le comté revient à sa fille Marguerite, épouse de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne et frère du roi de France Charles V. Philippe le Hardi puis Jean sans Peur, Philippe le Bon et Charles le Téméraire étendront ensuite largement leur territoire. À la mort de Marie de Bourgogne en 1482, les Pays Bas passent à son fils Philippe le Bel puis à Charles Quint qui est à la tête de l’Empire habsbourgeois. Pendant leur règne, les ducs bourguignons cherchent surtout à centraliser l’administration, ce qui crée plusieurs conflit avec les villes flamands qui ont l’habitude d’être autonomes. Les villes de Bruges, Gand et Ypres se révoltent à plusieurs reprises. Sur le plan international, les tensions sont forte entre les liens politiques avec la France et les apports économiques avec l’Angleterre.

La production des manuscrits s’impose en Flandres dès les années 1340-1350, sous l’impulsion de Philippe le Bon qui mène une politique d’accroissement de la librairie des ducs de Bourgogne. Ses standards s’imposent dans la production de luxe : exécution sur parchemin, présentation de grand format, mise en page aérée, préférence pour la bâtarde bourguignonne, abondante illustration et reliure de qualité. Cette bibliophilie se répand dans les hautes sphères de la société bourguignonne : c’est là que l’ont trouve des commanditaires des Chroniques de Froissart (Louis de Gruuthuse pour le Paris, Fr. 2643-2646, Antoine de Bourgogne pour le Berlin Rehdiger IV). D’autres publics existent cependant, et le livre enluminé est aussi acquis par la bourgeoisie et le patriciat urbain.

La production flamande s’organise dans une région prospère, jusqu’à devenir un intense foyer artistique. Les dernières recherches en histoire de l’art ont beaucoup travaillé sur sur une cartographie de la production flamande, en différenciant les centres de production urbains. Bruges est la ville la plus importante. Il s’y développe une production à la chaîne, avec des méthodes qui visent à « accélérer le rythme de production » face à une demande croissante. Les miniaturistes s’appuient sur des livres de modèles, des carnets d’esquisses, des calques ou retracent les contours d’illustrations découpées. Les Maîtres du rinceaux d’or en particulier développent un art répétitf et conventionnel. Parallèlement, les innovateurs que sont Robert Campin, Jan Van Eyck et Rogier Van der Weyden ne sont qu’un épiphénomène.

Concrètement, dans l’atelier, le travail est partagé entre un maître, ses aides et ses apprentis. Ils gèrent plusieurs commandes à la fois et la commande peut circuler entre les ateliers. Les miniaturistes peuvent collaborer sur un même volume ; ils se connaissent dans le secteur des métiers du luxe et son mobiles. Dans les villes, les guildes ont un rôle fondamental. C’est une corporation qui contrôle la production : elle vérifie la qualité des produits, régule le marché et encadre l’échange de compétences entre les ateliers. À Bruges, la Guilde de Saint-Luc est active et bien documentée.

Bibliographie

  • Faries, Molly, éd. Making and Marketing: Studies of the Painting Process in Fifteenth- and Sixteenth-Century Netherlandish Corkshops. Turnhout, Brepols, 2006.
  • Brouquet, Sophie, et Hervé Martin. D’art et d’argent: les artistes et leurs clients dans l’Europe du Nord : XIVe-XVe siècles. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001.
  • Miniatures flamandes, 1404-1482, édité par Bernard Bousmanne et Thierry Delcourt, Paris, Bruxelle, Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque Royale de Belgique, 2011. Voir aussi l’exposition en ligne de la BnF qui synthétise les différents articles.

L’historiographie à la cour de Bourgogne

Dans le duché de Bourgogne, plusieurs types d’historiographes se côtoient. Maurice Arnoud a divisé les chroniqueurs bourguignons en trois groupes : ceux de l’historiographie traditionnelle (ce sont les auteurs des chroniques universelles ou régionales), ceux de l’historiographie « nouvelle » (ce sont les indiciaires officiels : Chastellain de 1455 à 1475, Molinet jusqu’en 1506, Jean Lemaire de Belges jusqu’en 1512, Rémy Du Puys), ceux qui sont « non subventionnés » (Monstrelet, Wavrin, Lefèvre, Mathieu d’Escouchy, Jacques du Clecq, Jean de Haynin, Olivier de La Marche, Commynes).

Ces chroniqueurs appartiennent à trois générations mais tous ne prennent la plume qu’à partir de 1440, quand le goût de l’historiographie s’implante en Bourgogne.

Voici quelques éléments sur les chroniques officielles :

  • c’est une historiographie de propagande qui a une revendication identitaire ; autour d’elle, le livre devient le support du pouvoir du prince1 ;
  • c’est une historiographie de proximité car le chroniqueur est proche des événements de son récit, voire les a vécus et en est un témoin oculaire2 ;
  • elle développe un univers de « magnificence ». Ce concept a été relevé par Warner Paravicini, dans les mots-mêmes des indiciaire3 ;
  • les chroniqueurs officiels de la cour écrivent dans un style qui a souvent été jugé pompeux, emphatique, avec de longues propositions… Selon P. Jodogne dans son article «  La rhétorique dans l’historiographie bourguignonne », les indiciaires écrivent ainsi pour se démarquer des autres chroniqueurs et viser un effet plus grand.

Pour aller au-delà de l’historiographie bourguignonne officielle, dans son article «  Narrative style in Burgundian Chronicles of the Later Middle Ages », R. Brown-Grant s’intéresse à trois historiographes bourguignons qui ont reçu moins d’attention : Monstrelet, Lefèvre et Chastelain.. Elle montre comment chacun développe « his specific rhetorical aims as an historian » (p. 276). Point intéressant pour moi : alors que Monstrelet se réfère à Froissart dans son prologue et dans le corps du texte, contrairement à lui, il efface son rôle et délègue l’autorité à des sources documentaires.

1Hemelryck, Tania van. « Qu’est-ce que la littérature … française à la cour des ducs de Bourgogne? », dans La cour de Bourgogne et l’Europe : le rayonnement et les limites d’un modèle culturel, édité par Werner Paravicini, Torsten Hiltmann, et Frank Viltart, Ostfildern: J. Thorbecke, 2013, p. 351‑59.

2Devaux, Jean. « L’historiographie bourguignonne, une historiographie aveuglante? » dans La cour de Bourgogne et l’Europe : le rayonnement et les limites d’un modèle culturel, édité par Werner Paravicini, Torsten Hiltmann, et Frank Viltart, Ostfildern: J. Thorbecke, 2013, p. 83-96.

3Ibid.



Citer ce billet
Clara de Raigniac (2023, 4 janvier). 03/01/2023 : Les manuscrits flamands. Froissart etc. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwca

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search