10/12/2022 : Bilan des apports de G. Croenen

(Je n’ai rien posté la semaine dernière. J’ai été malade et mourante depuis mon retour de Rome, et je reprends vie peu à peu…)

Durant mon travail, j’ai la chance d’avoir reçu beaucoup de conseils et de suggestions de la part de G. Croenen, qui est sans doute la personne qui connaît actuellement le mieux la tradition manuscrite des Chroniques de Froissart. Je l’ai rencontré à un colloque la semaine dernière, et il m’a transmis un très grand nombres de références bibliographiques : je voudrais ici faire le point sur ces différents éléments, pour pouvoir lui répondre un mail intelligent.

  • La découverte de deux manuscrits des Livres II et III des Chroniques de Froissart dans les collections flamandes, qui seraient LA CONTINUATION DE LA RÉDACTION DE ROME (c’est-à-dire qui seraient la dernière version du texte de Froissart, qui a de toute évidence passé sa vie à réécrire ses Chroniques). Dans les manuscrit retrouvés, le début du Livre II (et/ou la fin du Livre I j’imagine) est manquant, le scribe, la langue, la page sont les mêmes que pour le manuscrit du Vatican que j’ai vu il y a quelques semaines. Dans le petit monde froissardien, c’est révolutionnaire. Il faudrait faire une nouvelle thèse pour pouvoir éditer ce texte, et je me contenterai de dire que je connais l’existence de ces manuscrits dans la mienne, mais je ne ne pourrai pas les exploiter plus précisément. La notice est ici et G. Croenen avait annoncé sa découverte dans un twitt en août 2020. (Cela me conforte dans l’idée qu’il me faudrait un compte Twitter scientifique, mais cela prend tellement de temps en plus, et j’ai l’impression que cela me ferait travailler en permanence…)
  • Dans la liste de mss enluminés du Livre I donnée par A. Varvaro dans son article « Per una filologia integrata… » (1991), il n’y a pas d’autres manuscrits que le Clumber Park et celui du cardinal d’Amboise ; celui qu’il appelle le manuscrit W est le Austin, 48 (à confirmer, je ne suis pas sûre d’avoir bien retenu!).
  • Des questions d’édition (j’ai conscience que c’est absolument incompréhensible quand on ne connait pas la tradition textuelle des Chroniques de Froissart, mais cela touche à un problème majeur de la littérature médiévale : qu’est-ce qu’un texte médiéval ? quelle édition citer ? laquelle est la plus proche de la version auctoriale ? pourquoi cette question n’est pas forcément pertinente ? ). Pour être plus proche de la version auctoriale (ce que je veux dans une partie de mon travail), il vaut mieux que j’utilise l’édition de la SHF pour citer la rédaction B (et la rédaction ordinaire B) du Livre I. C’est ce que j’ai fait, OUF. En revanche, il vaudrait mieux que j’utilise les BnF, ms. fr. 2655 et Bruxelles, KBR, II 2552 pour les parties auctoriales de la rédaction A et… j’ai utilisé le manuscrit de Besançon (parce qu’il avait le mérite d’être entièrement transcrit sur The Online Froissart, contrairement aux deux autres manuscrits). Faut-il que je change ? J’ai posé la question.
  • Des références bibliographiques :
    1. Sur l’incunable d’Harvard (qui a été vendu depuis) : Ethel Burnet Clark, ‘Chronicles of Froissart at Dumbarton Oaks’, Gazette des Beaux-Arts, 6e série, 32 (1947), 129-142. (d’ailleurs, sur les incunables de Vérard, les mss Fr. 2668-2672 sont la base textuelle ; pour le livre III, il suivrait P50?)
    2. Une référence très récente sur la bataille de Crécy : Michael Livingston, Crécy Battle of Five Kings (2022)
    3. Sur un ms des Grandes Chroniques de France qui a été produit par Pierre de Liffol (Saint-Pétersbourg, National Library of Russia, Fr. F. v. IV, 1.1-3) : Tamara Voronova and Andreï Sterligov, Les Manuscrits enluminés occidentaux du VIIIe au XVIe siècle à la Bibliothèque Nationale de Russie de Saint-Pétersbourg, 1996. Je viens de le consulter : il y a une miniature quadripartite qui ouvre le premier volume pour laquelle on reconnaît clairement le Maître de Giac (le modelé des visages, les silhouette), une autre miniature dont on reconnait le style du Maître de Boèce (la manière de poser les couleurs, les architectures). Je reviendrai sur ce manuscrit la semaine prochaine.
    4. La reproduction des miniatures du ms du cardinal d’Amboise (désormais dans une collection privée) ; contrairement à L. Le Guay, j’ai réintégré ce ms dans mon corpus pour voir ce que deviennent les Chroniques à la fin du 15e dans un contexte français : Eberhard König, Groβe Buchmalerei zwischen Rouen und Paris : der Froissart des Kardinals Georges d’Amboise aus der Sammlung des Fürsten Pückler-Muskau  (Rotthalmünster: Antiquariat Tenschert, 1994) (NB : le livre est la bibliothèque de l’IRHT au campus Condorcet)
    5. La thèse de Dirk Schoaners : sur la traduction en néerlandais des Chroniques de Froissart ; l’auteur a décrit le programme iconographique du manuscrit qui, apparemment, se trouve aussi dans des manuscrits français (qui, eux, m’intéressent). Je dois lire un de ses articles et lire sa thèse.
    6. La thèse de Valentina Mazzei : c’est une édition et une étude du Livre I du manuscrit Besançon, 864 (donc la rédaction « A »). Je lui écris pour savoir si son travail est disponible.


Citer ce billet
Clara de Raigniac (2022, 10 décembre). 10/12/2022 : Bilan des apports de G. Croenen. Froissart etc. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwc7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search