Semaine 17/11/2022-24/11/2022 : Le plan

Je suis encore à Rome cette semaine et tout est passé si vite ! Honnêtement, je n’ai pas beaucoup travaillé sur ma thèse. J’ai repris le cours de ma rédaction en commençant la deuxième partie… et je me suis rendue compte que mon plan ne tenait pas la route. Je m’explique : depuis un en environ, mon plan est le suivant :

  • Partie I : La poétique de la guerre
    • Chapitre 1 : Les mots de la guerre (sur les mots qui désigne le concept guerre mais aussi la paix, les types de batailles (siège, bataille maritime, bataille rangée…), les mouvements entre les batailles…)
    • Chapitre 2 : Le style de la bataille (sur le schéma type que suit un récit de bataille)
  • Partie II : La temporalité de la guerre
    • Chapitre 3 : Le début et la fin de la guerre
    • Chapitre 4 : Temps de la guerre, temps de l’histoire
    • Chapitre 5 : Le rythme de la guerre : stagnation et accélération
    • Chapitre 6 : Le récit au passé des « guerres nouvelles »
  • Partie III : La rhétorique au service de l’idéologie de la guerre
    • Chapitre 7 : Une idéologie nobiliaire
    • Chapitre 8 : Idéologie chevaleresque, idéologie sociale ?
    • Chapitre 9 : Les femmes dans la guerre : un outil rhétorique
    • Chapitre 10 : L’ethos du reporter de guerre
  • Partie IV : La réception de la guerre
    • Chapitre 11 : Les « beaux faits d’armes » : une matière attractive au XVe siècle
    • Chapitre 12 : Question de rythme : lecture fragmentaire, lecture linéaire
    • Chapitre 13 : Question de mode : les « lisans et escoutans » du récit de guerre

La première partie est rédigée (même si je dois encore revoir beaucoup de chose dans le premier chapitre, et faire des transitions), et je m’attaque à la deuxième. Et là, drame : je me rends compte que j’ai un défaut de méthodologie, parce que je ne parviens pas à allier le texte et sa mise en page dans cette partie ; en y réfléchissant, je me suis aussi rendue compte que je n’y arriverais pas vraiment pour la troisième partie. Tout ce que j’ai à dire sur la mise en page passe dans la quatrième partie…

J’avais deux solutions : soit faire deux parties qui ne traiterait que du texte de Froissart (et l’assumer en introduction), soit basculer les éléments de la Partie IV dans ces deux parties. J’ai choisi la deuxième possibilité, et je suis en train de remanier mon plan… et c’est compliqué ! Le nouveau plan que j’ai, encore inabouti, est le suivant (la première partie reste la même) :

Partie II : Chroniquer la guerre : Dans cette partie remaniée, je veux insister sur le fait que malgré les différentes influences génériques dans l’écriture de la guerre, Froissart inscrit bien son texte dans le cadre du genre historique (et en particulier le sous genre de la chronique, mais la distinction avec l’histoire ou les annales n’est pas pertinente pour la fin du Moyen Âge). Cela implique deux principes, selon la définition qu’Isidore de Séville donne de l’histoire (« Historia est narratio rei gestae » dans Etymologies, I, 41) : a) les Chroniques sont un récit chronologique (naratio) b) qui rend compte de véritables événements (« rei gestae »).

Je ne veux donc plus simplement me concentrer sur la temporalité du récit, mais sur son ordre et sur la manière dont il est présenté comme vrai.

Ça, c’est pour ce qui concerne la définition de l’histoire dans le texte. Mais je pars aussi du principe que les manuscrits d’histoire ont eux aussi des caractéristiques particulières que les éditeurs développent dans la mise en page. J’importe donc de la Partie IV tout ce qui concerne la division du texte (en livres, en chapitres), et je traiterais sans doute aussi du lien entre les programmes iconographiques des Chroniques de Froissart et ceux des Grandes Chroniques de France : ces éléments d’organisation du texte font des manuscrits des Chroniques de Froissart des manuscrits d’histoire. Ensuite, j’importe de la Partie III tout ce qui concerne l’ethos de l’auteur, pour le traiter la question de la vérité.

Cela donne les chapitres suivants :

Chapitre 3 : La narratio de la guerre

Chapitre 4 : Les res gestae de la guerre

Pour ce qui est de la troisième partie, je voudrais traiter de l’utilisation du récit de guerre (au niveau du texte de Froissart) et des manuscrits de guerre. Il s’agirait surtout de question de rhétorique et d’idéologie : les Chroniques confortent la classe sociale nobiliaire en tant qu’objet mémoriel de luxe, mais aussi dans la performance de la lecture. Je fonds donc ici ensemble ce qu’il reste des parties III et IV.

Je ne suis pas encore très satisfaite de mon plan, mais j’ai commencé à écrire l’introduction de la Partie II, en espérant que les choses deviendraient plus claires en écrivant. Je me rends aussi compte que mon sujet de texte pose des questions génériques : la guerre est racontée dans différents genres, et une des questions est de distinguer ce qui tient de chaque genre et ce fait du récit de guerre un récit hybride par essence. La réflexion sur les genres textuels m’amène aussi à penser, pour la partie III, la question de la définition du genre d’un texte par sa réception (et non par ses caractéristiques internes).



Citer ce billet
Clara de Raigniac (2022, 24 novembre). Semaine 17/11/2022-24/11/2022 : Le plan. Froissart etc. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwc5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search